Les militaires du sous-groupement 3 de l'Est basés à Abengourou ont quitté leur base le jeudi 10 janvier 2008 pour rejoindre leur site de regroupement à Bondoukou. C'est la place de la solidarité sise au quartier Château qui a abrité la cérémonie qui s'est déroulée en présence des autorités administratives, politiques et coutumières. Et d'une foule nombreuse. L'émotion, la tristesse et la désolation se lisaient sur les visages des habitants qui ont fait le déplacement pour dire au revoir aux militaires. M. Kragbé François-Marie préfet de région du moyen-comoé, a encouragé le chef d'état-major des Fanci, le général Philippe Mangou, à faire en sorte que le processus de paix engagé arrive à son terme. Aux militaires qui quittent Abengourou pour Bondoukou, il a dit qu'une nouvelle phase de leur mission commence. Et qu'ils seront désormais appelés à reconstruire la Côte d'Ivoire une fois la paix et l'unité retrouvées. Le général de division Philippe Mangou a indiqué que les différentes opérations de retrait des FDS des lignes de front s'inscrivent dans le cadre de l'accord de Ouaga 3 en son article 1. A l'endroit du président Laurent Gbagbo et du Premier ministre Guillaume Soro, il a dit que les FDS se tiendront toujours à leur côté pour que le processus de paix aboutisse. Le chef d'état major a présenté des excuses à la population au cas où certains militaires dudit sous-groupement auraient été désagréables vis-à-vis de la population de l'Indenié. Aux militaires dont le courage, la détermination et le professionnalisme ont été reconnus par tous, Philippe Mangou a dit qu'ils regagneront les casernes très bientôt pour y parfaire leurs connaissances militaires. Il a poursuivi pour dire qu'ils seront sollicités pour apporter leur pierre à la reconstruction de la Côte d'Ivoire. Il a rappelé que les militaires basés à Bouaflé, M'Bahiakro et Tiébissou ont déjà rejoint leur site de regroupement. Nicolas Kouassi Akon Yao, maire de la commune d'Abengourou, a félicité les FDS basées dans sa commune qui ont eu, a-t-il dit, un comportement exemplaire. Il a souhaité qu'un escadron de la gendarmerie soit basé à Abengourou à cause de sa proximité avec le Ghana. Au terme de la cérémonie une gerbe de fleurs a été déposée au monument aux morts. Ettien Amoakon, Assoa Adou et Laurent Akoun, membres des instances dirigeantes du front populaire ivoirien (FPI), ont assisté à cette cérémonie.

Source: notre voie