CetewayoLes Africains connaissent bien Shaka ZULU fondateur de l'empire du même nom, cependant lorsqu'on leur pose la question : "qui est Cetshwayo?" Ils ne peuvent répondre valablement et se perdent en conjectures. Mieux que son oncle Shaka Zulu, Cetshwayo a marqué à jamais l'esprit des Britanniques lors de la célèbre bataille d'Isandhlwana où il leur infligea la plus grosse défaite jamais subie par une armée coloniale d'occupation...


Une enfance difficile...

Cetshwayo Ka MPANDE c'est-à-dire Cetshwayo fils de MPANDE naquit à eMlabongwenya dans l'actuel KwaZulu probablement en 1826. Il était le deuxième rejeton de Mpande Ka SENZAGAKHONA frère de Shaka. Dès sa naissance, Cetshwayo vécu caché; en effet, Shaka ayant décidé de ne pas avoir d'héritier, il refusa à ses frères Dingaane, Nzibé, Mahlangana et Mpandé d'engendrer. Mpandé eu toutefois un fils qui fut assassiné par Shaka. La naissance de Cetshwayo fut donc un sujet tabou et le fils de Mpandé fut envoyé en lieu sûr à l'écart des oukases de Shaka.

La mort de Shaka assassiné par ses frères Dingaane et Mahlangana en 1828 n'a pas atténué les réticences de Mpandé à faire connaître sa progéniture ; d’autant plus que quelques jours après l’assassinat de Shaka, Mahlangana son co-meurtrier est exécuté à son tour par Dingaane. Dingaane consenti à épargner Mpandé considéré comme massif et lourd d’esprit. Peu à peu les choses dégénèrent entre les deux frères et Dingaane cherchera à exécuter Mpandé celui-ci prend les devants en s’enfuyant non sans avoir marqué le lobe de l’oreille droite de Cetshwayo. Cette marque faisait de ce dernier le successeur légitime de son père. Les relations délétères entre les fils de Senzagakhona tournent à l’affrontement direct entre le roi Dingaane et son principal opposant Mpandé.

Mpandé sollicitera l’aide de commandos Boers pour l’aider à évincer son frère en échange de cession de vastes terres. Epaulés par les commandos boers, les régiments de Mpandé boutent Dingaane de sa capitale Umgungundhlovu et le contraigne à se réfugier dans le nord du Pays. Pris dans une embuscade de guerriers Swazi, Dingaane est tué en 1840, Mpandé devient alors roi.

 

 

Détesté par son père…

 

Le couronnement de Mpandé marque un moment de paix dans le royaume. A la différence de Shaka et Dingaane, Mpandé devient le père d’une nombreuse progéniture et en particulier de nombreux fils. Très vite à l’instar de leur père et oncle, deux princes se disputent l’héritage de Mpandé. D’un côté, Cetshwayo peu apprécié par son père de par sa popularité et sa bravoure et de l’autre ; Mbuyazi estimé de son père. L’amour de Mpandé pour Mbuyazi viendrait peut-être du fait que sa mère Monase ait été donnée en mariage par le roi Shaka lui-même. Monase était une fille membre du vaste harem du roi Shaka. De ce fait pour Mpandé, Mbuyazi était le fils de Shaka lui-même !

La situation empire entre les deux princes, face à un Mpandé vieillissant. Ce dernier tranche en affirmant que « deux taureaux ne peuvent coexister dans le même enclos ». Dès lors chaque faction princière s’active pour la bataille finale. Les alliés de Cetshwayo plus nombreux se regroupent sous la bannière Usuthu tandis que la faction Isigqoza réunit les affidés de Mbuyazi. C’est à Ndondakusuka en 1856 que Cetshwayo écrase la faction Isigqoza de Mbuyazi et fait mettre à mort tous ses frères l’ayant affronté. A 30 ans, après la mort de son frère Mbuyazi, Cetshwayo devient l’homme le plus puissant du royaume. Mpandé prit peur et dépêcha des conseillers auprès du prince victorieux pour négocier son trône. Un accord fut trouvé entre Mpandé et son fils selon lequel Cetshwayo gouvernerait tandis que Mpandé règnerait…