poncet_un_criminelL'actualité française est actuellement centrée sur ce que les journalistes Français qualifient de "l'affaire Mahé" du nom du jeune Ivoirien Firmin Mahé qui a été assassiné sans raisons apparentes par des militaires Français.
Présenté au départ comme un vulgaire "coupeur de route" pour légitimer le crime  des soldats de la Licorne, Mahé a ensuite été décrit par des journalistes de France 2 comme un jeune homme sans histoire, "milicien" à ses heures perdus et qui était en fait plombier de profession. Les multiples perquisitions des soldats de la Licorne sans mandats ont permit de constater que ce " coupeur de route" présumé n'avait pas d'armes pour "couper" ses routes. Des indices qui prouvent en effet que Mahé était un homme sans histoires, une image loin du "bandit de grand chemin" (dixit AFP) que l'on avait bien voulu lui faire porter après sa réduction au silence dans des conditions perfides.
Au delà de tout cet imbroglio judiciaire qui ne passionne que les Français, il serait logique de se demander quel sera le sort du général Poncet? Poncet subira-t-il son humiliation jusqu'au bout comme le souhaite l'ensemble des Ivoiriens? Rien n'est moins sûr...

Dans sa tentative de faire de sa "Grande Muette" une armée "vertueuse", il semble que Mme Alliot-Marie ne sera pas décidée à faire le grand saut pour faire comparaître le génral Poncet devant le Tribunal aux Armées de Paris afin qu'il boive le calice jusqu'à la lie. Pour l'instant l'ex-commandant des Opérations spéciales  baradeur n'est soumis qu'à un simple blâme, mesure administrative conservatoire.
Les interrogatoires des meurtriers de Mahé ont relevé un crime plus complexe qu'il n'y paraissait de prime abord. Il est aujourd'hui établit que "l'ordre venait d'en-haut" et que le colonel Burgaud n'était lui-même qu'un fusible. Le complice instigateur au sens du Code pénal français est donc unique, il s'agit du général Poncet qui a en effet,"par ordre [...] donné des instructions" pour commettre ce crime (art 121-7 du Code pénal). Ce général doit être punit conformément au droit pénal par des années de prison fermes au même titre que ses présumés complices.
La Cour Pénale internationale dont le statut a été ratifié par la France (qui en fait un signe de vertu internationale) pourra même être saisie pour statuer sur le cas Poncet même si les Français ont apporté à sa ratification plusieurs réserves douteuses.
L'essentiel en tout cas serait que ce présumé criminel de guerre passe le reste de ses jours derrière les barreaux. Les juges Français auront-ils ce courage? Les Ivoiriens qui connaissent bien les Français en doute...

AmaZulu Opadjilè Wazi