G_n_ral_Kassarat_Le colonel-major Tiapé Kassaraté, nouvellement promu commandant supérieur de la gendarmerie nationale, est un homme qui a eu une formation solide dans le domaine qui est le sien. Il est doté d’une grande expérience.

Après des études primaires à l’EPP de Tabou, il est admis à l’école militaire Saint Louis du Sénégal en 1963 où il obtient le baccalauréat série lettres en 1970. Il entre ensuite au lycée polyvalent mixte de Toulon, en France. Il en ressort avec succès et est admis à l’école de formation des officiers de Saint Cyr, en France. En 1977, il obtient le certificat de science criminelle à la Faculté de droit de Paris. De 1985 à 1986, il entre à l’ENA (Abidjan) en formation au cycle des officiers option diplomatie. C’est ensuite l’Institut supérieur de langues qui l’accueille en Allemagne d’où il ressort avec un diplôme.
Au plan professionnel, après la formation d’officier à Saint Cyr, le nouveau patron de la gendarmerie a fait plusieurs stages qui l’ont conduit successivement à l’école d’application de l’arme blindée et cavalerie de 1975 à 1976 à Saumur, en France ; au Cour supérieur des officiers de gendarmerie de 76 à 77 à Melun, en France ; au Cour de capitaine à l’école de cavalerie à Saumur de 83 à 84 ; au Cours d’état-major à l’école d’état-major en Allemagne de 86 à 87 ; au Cours supérieur d’état-major à l’école militaire de Paris de 94 à 95 ; à l’Ecole supérieure de guerre de Paris de 95 à 96 et au FBI à Washington en 1997.

Le colonel-major Kassaraté a occupé diverses fonctions dans la gendarmerie où il a gravi tous les échelons ; de 1977 à 1978, il a été commandant du peloton de gendarmerie de Dimbokro. De 78 à 93, commandant de l'escadron blindé de gendarmerie ; de 1990 à 1993 commandant de la compagnie de gendarmerie à Séguéla ; de 1993 à 1994 ; adjoint commandant légion gendarmerie de Korhogo ; de 1996 à 1999, officier à l’ex-Conseil national de Sécurité. Pendant cette période, il a été chef et/ou membre des missions à l’ex-ANAD, à la CEDEAO, à l’ex-OUA et à la Banque mondiale. De 99 à 2000, il est commandant de la 3ème légion de gendarmerie de Bouaké et, enfin, de 2000 jusqu’à sa dernière nomination en date, il était commandant militaire du palais de la présidence de la République.

C’est donc un officier supérieur de la gendarmerie rompu aux techniques de son métier et doté d’une grande expérience, à l’instar de son prédécesseur, qui vient de prendre les commandes de la Gendarmerie nationale.